« L'amour est une façon si merveilleuse de communiquer avec les autres. L'amour vrai et authentique consiste
à partager et à donner. L'acte de donner ne diminue pas ce que vous avez, mais vous donne plus que vous
ne pourriez jamais attendre. J'ai toujours le sentiment qu'une personne authentiquement emplie de
bonheur et de joie de vivre a un esprit de partage et d'amour. Le bonheur véritable est
le reflet d'un cœur ouvert, ayant la capacité de tout accepter, bien ou mal. »

Les dernières nouvelles


voir aussi : ...

Soyez un bon exemple
(le 31 octobre 2014)
Avec mon oncle bien-aimé, Sa Sainteté Kathok Moktsa Rinpoché, j'ai eu une excellente discussion sur la difficulté de nos jours d'être un maître spirituel et un adepte spirituel. Nous ne sommes pas entourés de conditions positives et devons être très fermes vis-à-vis de notre engagement sur le chemin du Bodhisattva afin d'avancer face aux fortes vagues de négativité. C'est pourquoi il est si important pour nous de voir d'autres faire des actes positifs et d'apprécier ces derniers, car cela nous encourage d'avancer sur le chemin spirituel. Ainsi, on pourrait l'espérer, nous allons nous améliorer, petit à petit, et avancer en direction de l'éveil. Lire la suite...

Les bouddhistes authentiques vivent une vie haute en couleurs
(le 23 octobre 2014)
Au cours des décennies où j'ai rencontré et interagi avec différentes personnes de tous milieux confondus, j'ai constaté qu'il semble y avoir une perception que lorsque vous devenez bouddhiste, il faut passer de la mode couleur en niveaux de gris, où vous n'avez pas droit à des moments de plaisir, où vous n'êtes pas censé poursuivre des réalisations mondaines et où vous ne devez pas non plus vous présentez sous un aspect agréable, en vous efforçant d'abandonner tout confort matériel et de vous obliger à supporter des épreuves physiques même si ce n'est pas nécessaire. L'enseignement bouddhiste insiste beaucoup sur « la simplicité », « l'humilité » et évidemment sur « le vide » et « le renoncement », ainsi que sur la notion et l'importance de comprendre « la souffrance ». Toutes ces connotations donnent l'impression... Lire la suite



Le Rimé n'est pas une affirmation de style
(le 14 octobre 2014)
Le Rimé ou « mouvement non sectaire » est très attirant du point de vue de sa terminologie. Il arrive que des gens se définissent comme « Rimé » pour donner l'impression qu'ils se trouvent au-dessus de toutes les lignées. Mais le Rimé n'est ni une affirmation de style ni un exercice de promotion de marque. Nombreux sont ceux qui n'ont pas bien compris le sens de Rimé et qui s'imaginent que tant qu'ils croient en tout, suivent toutes les tendances et vont partout, ils peuvent se définir alors comme non-sectaires. Il y en a même qui critiquent ceux qui suivent une lignée particulière ou une croyance particulière en leur reprochant leur fanatisme sectaire. Lire la suite...



Le mystère du samaya
(le 9 octobre 2014)
La première chose que l'on doit clairement comprendre, en tant que pratiquant spirituel engagé de manière authentique sur la voie du seigneur Bouddha, est que son enseignement doit être compris de façon logique, que l'on soit pratiquant du Vajrayana, du Mahayana ou du Théravada. Le Bouddha enseigna sur la vérité universelle. À ce titre, son enseignement peut être testé, examiné et vérifié car sa vérité a une portée universelle. Les maîtres spirituels bouddhistes sont là pour apporter des explications au sujet de l'enseignement authentique du Bouddha. Les disciples et étudiants du Bouddha Dharma que nous sommes doivent toujours le garder à l'esprit. Lire la suite...



Abus au nom de la dévotion au Gourou
(le 7 octobre 2014)
Les abus au nom de la dévotion au gourou sont une chose très courante de nos jours, en particulier chez les pratiquants du Vajrayana. En sanscrit, le mot « Guru » est très lourd de sens : c'est celui qui dissipe l'obscurité de l'ignorance. Ainsi, un gourou pèse lourd en termes de qualités de réalisation, de compassion et de sagesse. Malheureusement, en ces temps dégénérés où nous vivons aujourd'hui, en tant que pratiquants du Vajrayana nous sommes toujours confrontés à la confusion concernant la dévotion au gourou. Quand nous nous déclarons pratiquants du Vajrayana, on nous dit que nous irons en enfer Vajra si nous avons des doutes sur notre lignée ou sur les activités de notre gourou. Lire la suite...



Au sujet des conversions forcées de monastères Drukpa
(le 10 septembre 2014)
Au cours de ces derniers jours, j'ai reçu du Tibet des informations inquiétantes concernant la conversion forcée de monastères de la lignée Drukpa dans la région du Mont Kailash par la lignée Karma Kagyu. Mes disciples au Tibet me disent que presque tous les monastères historiques de la lignée Drukpa de la région du Mont Kailash sont occupés par la force par la lignée Karma Kagyu, qui utilise l'argent, la coercition et certains soutiens chinois. Les moines de la lignée Drukpa qui s'occupent des monastères se sont trouvent soudainement exilés loin de leurs demeures spirituelles par des moines Karma Kagyu. Lire la suite...



Vivre en harmonie
(le 28 août 2014)
Avec tant de programmes qui se suivent les uns après les autres, cela fait un moment que je n'ai pas vraiment eu le temps de partager mes pensées. Le temps passe tellement vite. S'il y avait un moyen de ralentir le temps, je serais tellement soulagé. Malheureusement, la nature du samsara, tout comme une roue sans fin qui ne nous attend pas, continue à avancer. Lire la suite...



Célébrer l'égalité de manière pratique
(le 30 mai 2014)
Dans la spiritualité, nous insistons beaucoup sur l'importance de l'interdépendance, qui est bien sûr basée sur la loi universelle du karma. En tant qu'êtres humains, nous pensons toujours que nous sommes les plus intelligents, les plus expérimentés, et que nous avons le plus de droits et la première priorité quand il s'agit de s'approprier le monde et les ressources de la terre. Il y a un dicton : « le pouvoir absolu corrompt absolument ». Parce que nous, humains, nous avons le sentiment que la terre nous appartient, nous avons donc progressivement commencé à la négliger et à en abuser, parfois consciemment, parfois inconsciemment. Quand nous souffrons des conséquences négatives, nous avons tendance à oublier que nous avons semé les graines de ces conséquences. Alors nous blâmons notre propre souffrance sur tous les autres, même sur le divin, sans bien réfléchir à nos propres actes, à ce que nous avons fait. Lire la suite...

Mes remerciements à l'Inde (le 18 mai 2014)

Vivre résolument (le 23 avril 2014)




Vient de parâitre

Everyday Enlightenment

 

© Le Douzième Gyalwang Drukpa. Sauf mention contraire, le copyright de tout le contenu de ce site internet appartient au Douzième Gyalwang
Drukpa. Aucune partie de ce site ne peut être dupliquée, stockée ou transmise sous quelle que forme ou par quel que moyen que ce soit
(y compris électronique, mécanique, photocopie ou enregistrement) sans l'autorisation écrite préalable du Douzième Gyalwang Drukpa.